ANTICIPEZ POUR MIEUX AJUSTER VOTRE COLLABORATION 

Formation

Quelles sont les 4 étapes distinctes de la relation entre associés ?

Ces équipes dirigeantes bien souvent s’auto-gèrent. 

Les personnalités et les expertises se marient pour constituer de nombreuses valeurs ajoutées au service d’un objectif commun : augmenter et optimiser les résultats d’une activité. 

Or chaque partenariat est unique, une histoire d’équipe.

Et au delà de la simple somme des membres, la capacité des associés à créer une synergie efficace et durable malgré les crises ou les pressions représente un formidable défi !

Par expériences, la place de la bonne qualité relationnelle est absolument fondamentale pour soutenir collaborations cohérentes, innovations, mobilisations, cohésion.

Plus les partenaires seront nombreux plus grand sera la nombre de relations à gérer ( une évidence ! ) 

Le nombre de liens (N) est calculable par cette formule : N = n(n-1) / 2 ( n = nombre de personnes) 

8 associés = 28 liens à gérer !

Or chaque lien évolue en 4 étapes aux durées variables en fonction des événements rencontrés.

La phase (I) de séduction :

C’est l’étape préliminaire où l’on se montre sous son meilleur jour. Les intérêts communs sont débattus, la communication est riche. S’opère alors une chimie relationnelle particulière d’admiration réciproque, de désir mutuel de construire quelque chose ensemble. Le flirt est évident, on se plait, le besoin de collaborer s’affirme.

La phase (II) lune de miel :

c’est le stade de la fusion par choix. 

Chacun arrive avec ses expériences, ses forces, ses limites. Les partenaires se reconnaissent, s’apprécient, s’accordent à peu près sur tout, l’excitation règne, quelque chose de neuf nait pour le meilleur évidemment.

Cette étape est essentielle à la formation d’une complicité, d’une certaine confiance accordée d’emblée.

Le risque c’est d’imaginer que le partenaire correspond exactement à l’image que l’on projette sur lui, ayant les mêmes attentes et des qualités idéales. Tous comportements inappropriés ou défauts perçus seront mis sous le tapis. 

La phase (III) d’ajustements :

Au gré des contextes, des situations ou pressions qui challengeront l’activité, par ricochet les relations seront elles aussi mises sous tension. 

Démarre alors une étape de différenciation et de contrôle par confrontation à la réalité du business. L’associé révèlera une plus grande part de sa personnalité, cherchera à influencer les prises de décisions, à marquer son territoire, parfois à manquer d’engagement, à fuir le conflit et ses responsabilités ou contraire à asseoir un pouvoir plus contrôlant. 

Cette étape est cruciale pour le devenir de la relation. C’est le stade de l’apprentissage pour dépasser des rigidités et des égos, pour développer de l’intelligence relationnelle et collective, bref pour renforcer la confiance.

La communication est la clé, l’ouverture et l’humilité à l’autre des moyens, un coaching d’équipe d’associés une solution. 

Le risque c’est de perdre l’objectif commun du départ en se cristallisant sur les problèmes relationnels. L’énergie dévorée dans les conflits interpersonnels peut être fatale pour le partenariat voire l’activité par inattention sur les résultats.  

La phase (IV) de maturité :

Chacun est à sa place, accepte l’autorité de l’autre, le contrat devient durable ce qui n’empêchera pas les disputes passagères au sein de la collaboration.

Les risques dans cette phase sont les habitudes installées, la routine quoi ! Pour certains associés cette routine sera sécurisante, pour d’autres moins, elle pourra même les ennuyer.

Se reposer en permanence sur un même mode de fonctionnement peut aboutir à un certain laisser aller.  Certes toutes les habitudes ne sont pas mauvaises bien sûr cependant méfiance à l’installation à moins d’écoute et moins de reconnaissance envers l’autre.

Cette étape est l’occasion d’entretenir régulièrement le capital relationnel par un séminaire annuel de re-synchronisation avec ses associés pour aplanir des non-dits restés sous le tapis, pour ajuster encore mieux l’efficacité collaborative sur les prochains mois. 

Et c’est sans compter sur l’arrivée d’autres associés qui peuvent venir chambouler le fonctionnement bien établi jusque là. On repart alors sur les phases II, III pour se ré-installer dans la phase IV ou pas. 

S’associer et après…. Il existe toujours des comportements dans une relation que l’on ne peut  pas prévoir. Cette zone de liberté représente un formidable espace pour cultiver de l’intelligence relationnelle. 

Si s’associer est un désir, travailler ensemble un début, rester ensemble un magnifique challenge !

Vous rencontrez des dysfonctionnements collaboratifs avec vos associés, un coaching d’équipe sur-mesure est une solution de résolution.

Contactez-moi à l’adresse : associé[email protected] ou au 06 60 21 26 09,